Les Plans de Prévention des Risques de Submersion Marine

 
Crédit logo : MEDDE

En France, les catastrophes naturelles ont engendré plusieurs centaines de décès ces dix dernières années et plus de 600 millions d’euros d’indemnisations annuelles, payées par la collectivité.

Suite à la tempête Xynthia[1], l’État a renforcé les politiques de prévention des risques de submersion marine et de prévention des défaillances des digues. En Ille-et-Vilaine, deux Plans de Prévention des Risques de Submersion Marine ont été prescrits par le Préfet :

  • sur la commune de Saint-Malo le 8 avril 2010,
  • sur le territoire du Marais de Dol le 23 juillet 2010.

Leur objectif est de réduire les dommages aux personnes et aux biens par un aménagement adapté au niveau du risque connu. L’élaboration d’un Plan de Prévention du Risque de Submersion Marine a lieu en cinq phases auxquelles sont étroitement associées les collectivités :

  • l’analyse préalable du site,
  • la caractérisation de l’aléa de submersion marine,
  • la définition des enjeux,
  • la cartographie de zonage réglementaire,
  • la consultation formelle des conseils municipaux suivie de l’enquête publique.

[1]La tempête Xynthia, le 28 février 2010, a provoqué la mort de 41 personnes en Vendée et en Charente-Maritime.