Brèves

L’֤État et les collectivités s’engagent en faveur de la réhabilitation énergétique des bâtiments

 
L’֤État et les collectivités s’engagent en faveur de la réhabilitation énergétique des bâtiments

Signature de deux conventions, traduction de l'engagement de l'État et des collectivités en faveur de la réhabilitation énergétique des bâtiments.

Les deux conventions signées en septembre 2015 par Patrick Strzoda, Préfet de Bretagne et d’Ille-et-Vilaine, Loïc Rolland, Directeur régional de la Caisse des dépôts, Nathalie Appéré, Maire de Rennes et Emmanuel Couet, Président de Rennes Métropole, sont une traduction concrète de l'engagement de l'État et des collectivités en faveur de la réhabilitation énergétique des bâtiments. Elles apportent un financement significatif pour la rénovation énergétique de six copropriétés rennaises, ce qui représentent 645 logements, dans le cadre de l’axe « Ville de Demain » du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) de l'État géré par la Caisse des Dépôts :

-  344 856€ en crédits d’ingénierie, soit 50% du besoin,
-  4 754 774€ de subvention d’investissement, soit 35% du plan de financement,
-  137 500€, soit 50% du coût, pour l’instrumentation des bâtiments.

Une convention opérationnelle a en outre été conclue avec la copropriété Belle-Ile – Bréhat, située dans le quartier de Villejean, au nord-ouest de Rennes, qui  a voté un programme de travaux en assemblée générale.

Loïc Rolland, directeur régional Bretagne de la Caisse des Dépôts, a rappelé que ce soutien du PIA est une déclinaison du protocole de partenariat entre Rennes Métropole et la Caisse des Dépôts, signé entre Emmanuel Couet et Marc Abadie le 5 Mai 2015. L’événement illustre la volonté de l’Etablissement public d’accompagner les transitions, en l’occurrence écologique puisque les travaux doivent permettre d’atteindre le niveau « BBC rénovation 2009 ». L’objectif est de faire une « preuve par l’exemple » afin que de tels projets se multiplient.

Nathalie Appéré, Maire de Rennes et Présidente de l’Agence nationale de l'habitat (Anah), a de son côté mentionné la complémentarité entre l’intervention du PIA et le programme « Habiter Mieux » développé par l’Agence et souligné les enjeux de cohésion sociale et urbaine liés à ces opérations. Certaines sont en effet situées dans des quartiers prioritaires de la politique de la ville et il s’agit de « prévenir le déclassement des copropriétés » et ainsi maintenir leur valeur patrimoniale.

Patrick Strzoda s’est réjoui de ce « passage à l’action », rappelant que la rénovation des copropriétés figure au cœur des objectifs de l’Etat en faveur de la transition écologique et énergétique.

Enfin, les quatre signataires ont salué l’engagement et le volontarisme des copropriétaires, également sources d’innovation.