Brèves

Journée « Education, enfance, jeunesse et gens du voyage : des responsabilités partagées »

 
Journée « Education, enfance, jeunesse et gens du voyage : des responsabilités partagées »

Lundi 18 mai 2015, une journée intitulée « Éducation, enfance, jeunesse et gens du voyage : des responsabilités partagées » s’est déroulée lundi 18 mai dernier à la Direction départementale de cohésion sociale et de la protection des populations d’Ille-et-Vilaine (DDCSPP35).

Ce temps de sensibilisation a conjointement été organisé par l'Association des Maires, la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale, le Groupement d'Intérêt Public Accueil des Gens du Voyage en Ille-et-Vilaine et la DDDCSPP 35.

Cette journée, prioritairement adressée aux élus enfance-jeunesse du département, avait pour objectif de poser des repères sur les responsabilités de l’État, des collectivités, des familles en matière d'éducation et de mieux connaître les principales évolutions dans l'environnement éducatif des Gens du Voyage.

François Lobit, Sous-Préfet de Saint-Malo, en charge du dossier départemental, a ouvert ce temps de travail en rappelant que la tendance forte à la sédentarisation incitait chacun des acteurs à construire des liens plus étroits avec les voyageurs.
Alain Landeau, Inspecteur de l'Education Nationale, indiquait pour sa part la forte volonté de son institution pour généraliser l'accueil des collégiens dans les établissements, rompant avec les précédentes pratiques d'enseignement à distance.
Des Conseillers d’Éducation Populaire et de Jeunesse, ont insisté quant à eux sur la nécessaire continuité des temps éducatifs pour les jeunes Voyageurs, invitant les élus à inscrire cette volonté dans leur politique éducative locale (PEDT) et à permettre aux professionnels du champ socioculturel à se former.

Les différents intervenants invités à témoigner au cours de cette journée ont permis aux participants de mieux percevoir les dynamiques et les difficultés vécues par les Gens du Voyage, connaissances nécessaires pour mieux les inclure dans les dispositifs de Droit Commun.